Mon parcours

Print Friendly, PDF & Email

Mon parcours en Energétique et arts corporels

Diplôme D’acupuncture Traditionnelle Chinoise (DATC) – FNMTC

Certificat de Praticien de Qi Gong – IEQG

Diplôme Fédéral d’Enseignant de Qi Gong – FEQGAE

Maitre auxiliaire de Culture Physique Fondamentale- FECPF

Certificat de Qualification Professionnelle ALS – Fédération française SPORT POUR TOUS

Gilles Donguy

De formation scientifique, j’ai néanmoins toujours été attiré par la Naturopathie, la Médecine Chinoise et…le Qi Gong! Bref tour d’horizon, de mon parcours en Energétique.

Une curiosité : les exercices internes

C’est à l’occasion de la lecture fortuite du livre « Le livre des exercices internes » du Dr Stephen Chang que je découvre des pratiques de la famille des Qi Gong. Alors pratiquant de Karaté, je suis tout d’abord interloqué par les exercices décrits, puis convaincu de leur intérêt : je « teste », et j’acquière plus tard « Le système complet d’auto guérison » du même auteur, où de nombreux exercices de Qi gong sont proposés, selon l’approche taoïste.

En 1989-90, après avoir lu le premier ouvrage d’Yves Réquéna sur le sujet (« Qi Gong, gymnastique Chinoise de santé et de longévité », 1989), et pratiqué un peu à l’aide d’une cassette VHS en noir  blanc, je prend mes premiers cours hebdomadaires de Qi Gong avec Anne Simon (Médecin acupuncteur à Chambéry). J’ai ainsi, pendant quelques mois, découvert différents aspects de la pratique du Qi Gong : automassages, déblocage articulaire, 8 pièces de soie, etc.

.

Et ça continue…

Les cours n’étant pas reconduits l’année suivante, je ne peux poursuivre la pratique, si ce n’est de temps en temps chez moi… Mais mon intérêt pour le Qi Gong perdurant, j’ai l’occasion plus tard, après mon 1° Kyu de  Karaté,  de suivre des cours hebdomadaires sur des pratiques proches telles que le  Tai Ji Quan, la « Gymnastique taoïste » avec Alain Delamare et Christian Quentin, en région Lyonnaise.

Dans le même temps,  je me forme à la Médecine Traditionnelle Chinoise, notamment à la FLETC (école affiliée à la FNMTC), et obtient mon DATC (Diplôme d’Acupuncture Traditionnelle Chinoise).

Je rencontre alors Phoutasone Phomphakdy, professeur d’arts martiaux Coréens (Hapkido et Taekwondo) ayant aussi des compétences en Qi Gong, et je participe à ses cours hebdomadaires. C’est ainsi que depuis 2003, je pratique régulièrement le Qi Gong, et assiste ensuite au cours de José Diaz, professeur de Wu shu, Tai Ji Quan et Qi Gong, formé au Quimetao et par Thierry Alibert.  Chemin faisant, dans une première phase j’ai endossé le rôle d’assistant, puis effectué quelques remplacements, en fonction des sollicitations.

C’est sur ces bases que je franchi enfin le pas pour suivre une formation professionnelle en Qi Gong en m’inscrivant à l’IEQG, dirigé par Yves Réquéna,  à l’automne  2007

.

La vitesse supérieure

Je lance dans la foulée l’activité  « Les Qi gong du samedi matin », sous forme d’ateliers de 3 heures invitant à la découverte de différents Qi Gong, à raison d’une dizaine de samedi par an. Puis je met en place progressivement plusieurs cours hebdomadaires au sein de divers associations de la région Lyonnaise. Dans le même temps je complète ma formation initiale de Tuina (FLETC)  avec Bernad Boury dans son  école Shao Yin, et avec Sylvie Chagnon (en cours) au sein de l’IEQG.

.

Ce que m’a apporté le Qi Gong

Je terminerai la description de ce parcours en précisant ce que la pratique du Qi Gong m’a apporté jusqu’à ce jour. Tout d’abord, un espacement conséquent de mes visites chez l’ostéopathe : mes problèmes récurrents de dorsalgies et autres cervicalgies se sont largement atténués. J’ai aussi réduit et stabilisé les petits handicaps liés à une protrusion lombaire au niveau de L4-L5 . Toujours dans le domaine locomoteur, mon épaule gauche, « enraidie » suite à un accident de ski s’est assouplie, bien que restant encore « résistante » en amplitude à certains mouvements.

Dans un autre registre, le Qi Gong fait parti de ma stratégie pour atténuer une problématique d’acouphènes liée à des traumatismes sonores sur fond de surdité partielle de perception de naissance (voir à ce sujet mon livre « Acouphènes : un vécu, des solutions« .

Enfin, j’ai noté une capacité plus fréquente à lâcher prise, à « relativiser » devant les petits ou grands heurts de la vie…

.

Et vous que vous apporte le Qi Gong?

2 commentaires

  • Bonjour,

    Cercle de Yoga de Chambéry et On a du bol présentent :
    Concert de bols chantants tibétains
    Samedi 1er oct à 14h (tarif 15€)
    Espace P. Cot, Dojo J. Desboeuf (entrée Molière, 2ème étage) 73000 Chambéry
    Reservation par mail svp : onadubol@caramail.fr
    Notre site facebook : https://www.facebook.com/onadubol/

    Au plaisir de vous rencontrer,
    Suzanne
    Tél 0661794074

  • Aude

    Bonjour,

    Je suis ancienne pratiquante de karaté. J’ai du arrêter suite à un accident de voiture et à une opération de hernie discale L4-L5.
    Aujourd’hui j’ai une discopathie dégénérative à cet étage qui entraîne de nombreuses tensions, compensations et visites chez l’ostéo.
    Je pense depuis quelques temps au qi gong que j’avais découvert par hasard au cours d’un atelier car j’aimerais poursuivre le travail sur l’énergie que je faisais au karaté mais au sein d’une pratique différente. C’est en cherchant différents renseignements sur le qi gong que je suis tombée sur votre site.
    Je vous remercie pour votre témoignage qui fait écho à mon parcours et qui répond ainsi à certaines des questions que je me pose.

    Aude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *